29 Mai 2022

RAM, le greffier Jules Ngoy du Tribunal de Kinshasa/Gombe Libéré

Justice le 28/01/2022 à 17h28
RAM, le greffier Jules Ngoy du Tribunal de Kinshasa/Gombe Libéré

Le greffier Jules Ngoy (du Tribunal de commerce de Kinshasa/Gombe) à qui il était semble-t-il reproché d’avoir notifié la sommation judiciaire (aux opérateurs de téléphonie mobile), à la requête des citoyens Congolais, de stopper les prélèvements illégaux du RAM à été libéré jeudi soir, indique Maître Hervé Diakiese.

« Je l'ai eu au téléphone ce matin. Il m'a fait part de sa libération depuis hier jeudi à 17 heures. On a procédé à une main levée de sa détention préventive qui ne se justifiait pas », annonce sur TOP CONGO FM, l’avocat des victimes du Registre des appareils mobiles.

"Son état de santé est très préoccupant. Il était déjà très souffrant quelques temps avant son arrestation. Il a subi les foudres d'une procédure qui vise à dissuader les citoyens d'exercer leur droit en justice. Ce greffier a besoin de notre appui, surtout pour qu'il ne perde pas son emploi », dit encore l’avocat des victimes du RAM.

Qui rappelle qu’au « cours de son audition, on a essayé de rattacher l'acte routinier de l'exercice de sa mission à une sorte de complicité avec les requérants et les avocats à une incitation de la population à la désobéissance ».

Pour Me Hervé Diakiese, « c'est un ensemble des comportements rétrogrades du parti État qui vise à criminaliser les revendications citoyennes légitimes ».


Le combat continue

« Toutes les options sont possibles. Nous ne renonçons pas à l'option judiciaire. Beaucoup parmi nous soutiennent l'initiative qui a été prise sur les réseaux sociaux, notamment à boycotter les entreprises de communication chaque week-end. Nous devons tous nous abstenir à renouveler les crédits qui permettent la ponction RAM ».

Initiateur de la question orale avec débats adressée au ministre des PT-NTIC, le député Claude Misare attend « l'exécution des recommandations issues de l'Assemblée nationale et du Sénat ».

Le Parlement a demandé au gouvernement se supprimer le RAM.

L'élu d'Uvira (Sud-Kivu) estime que « c'est du sabotage. Quand le gouvernement refuse d'appliquer les recommandations de l'Assemblée nationale et ne peut pas entendre la voix de la population. Les traces du RAM n'ont pas été retrouvées dans la loi des finances 2022 ni dans les comptes spéciaux ».

Par Barick Bwematelwa
Dans la même rubrique
  • « L’ancien Premier ministre Matata Ponyo est bien l'auteur intellectuel du désastre de Bukanga Lonzo » (IGF)

    le 17/05/2022 à 11h13

  • "Diomi Ndongala n'a produit aucune preuve de ses allégations" (Avocat de l'Assemblée provinciale)

    le 17/05/2022 à 11h05

  • 29 détenus s'évadent d'un cachot à Tshimbulu au Kasaï Central

    le 15/05/2022 à 10h49