26 Février 2020

Nous garantissons la stabilité politique, la sécurité et des facilités aux investisseurs britanniques (Julien Paluku)

Économie le 21/01/2020 à 16h00
Nous garantissons la stabilité politique, la sécurité et des facilités aux investisseurs britanniques (Julien Paluku) Membre de la délégation congolaise qui accompagne le président Félix Tshisekedi au sommet UK-Africa, le ministre de l’industrie, Julien Paluku, a répondu aux questions de l’émission « LE DÉBAT » de TOP CONGO FM, sur son intervention lors du forum économique sur les opportunités d'investissement en RDC, organisé ce mardi, à Londres.

« La première garantie c’est la stabilité politique »
, a-t-il soutenu, « parce que vous savez, à un moment, les gens se disaient est-ce qu’on peut venir au Congo, est-ce qu’il n’y aura pas un coup d’état à tout moment, mais il y a eu la première alternance que nous allons célébrer dans quelques jours. Ça c’est  la première garantie que nous sommes entrain de vendre à travers le monde », a indiqué le ministre de l’industrie.

Il y a des problèmes en Casamance, mais on investit toujours au Sénégal.

« La deuxième garantie, c’est l’évolution de la situation sécuritaire. Même si on peut noter qu’à l’Est, là où j’ai été gouverneur, il se pose encore des problèmes, j’ai toujours donné l’image d’une RDC qui a la dimension de l’Europe occidentale. Un problème se passe en Espagne, prenons Barcelone […], alors qu’un investisseur veut arriver à Berlin (ces deux villes sont peuvent aisément représenter deux régions de la RDC), est-ce qu’il ne faut-il pas investir à Berlin parce qu’il y a des coups de balle qu’on a entendu à Barcelone ? Je crois que c’est cela qu’il faut nuancer ?»
, a-t-il pointé.

Julien Paluku assure « que  la RDC est entrain de se battre, pour que les problèmes de l’Est, pratiquement l’insécurité et Ebola, puissent se terminer ».

« En Casamance il y a des problèmes, mais on a jamais interdit aux gens d’investir au Sénégal. Les États-Unis, l’Afrique du Sud sont des pays où le taux de criminalité dépasse celui de la RDC mais les gens y investissent tous les jours »
, a noté l’ancien gouverneur du Nord-Kivu.

« Je crois que l’image [de la RDC] a toujours été mal vendu par ce que j’appelle des commissionnaires. Beaucoup d’Etats ont cherche à coopérer avec des commissionnaires qu’avec la RDC »
, a estimé le ministre de l’industrie.

Julien Paluku a révélé que « la [troisième] garantie, c’est le code des investissements.  La RDC a offert un certain nombre d’avantages sur le plan financier, fiscal, douanier aux entreprises qui arrivent s’installer [sur son sol] ».

10 à 20 ans d’exonération fiscale garantie dans les ZES

Il a également dévoilé le [quatrième] avantage présenté au forum sur les opportunités d'investissement en RDC, « les zones économiques spéciales (ZES) ».

« La RDC ouvre une nouvelle politique [avec la création] de ces zones économiques spéciales, à l’intérieur desquelles  les entreprises auront entre 10 et 20 d’exonération totale des impôts et taxes »
, a indiqué le ministre de l’industrie.

« C’est autant d’avantages, des facilités que crées par le gouvernement pour permettre aux investisseurs de gagner dans un partenariat gagnant-gagnant où eux ils retrouvent et nous nous retrouvons en termes de création d’emplois, en termes de création de richesses, en termes de relèvement de notre économie qui est restée endormie depuis beaucoup de temps »
, a-t-il conclu.

Eric Lukoki
Dans la même rubrique
  • Enfin un pont pour relier Lodja et les territoires voisins (Sankuru)

    le 20/02/2020 à 07h01

  • Gecamines, le FCC surpris du rétropédalage de l’ACAJ

    le 18/02/2020 à 21h34

  • Le budget de l’Etat n'est pas modifié (Mayo)

    le 18/02/2020 à 21h31