23 Juillet 2019

Nikki Halley à Kinshasa, « nous ne nous sentons pas menacés » (Kikaya)

Politique le 27/10/2017 à 08h58
Nikki Halley à Kinshasa, « nous ne nous sentons pas menacés »  (Kikaya) L'Ambassadrice des États-Unis à l'ONU, Nikki Halley (photo) est arrivée mercredi en RDC. 

Apres Goma (Nord-Kivu), elle devrait rencontrer ce vendredi à Kinshasa, la CENCO, la CENI, la Monusco et le président Kabila.

Contrairement à ce qui raconte, « il n'est pas question que nous nous sentions menacés », affirme, à TOP CONGO FM, Barnabé Kikaya Bin Karubi, le chef du collège diplomatique du Chef de l'État. 

Par contre, « nous l'avons accueillie avec beaucoup de joie. A chaque fois que nous avons l'occasion de parler avec des partenaires,  c'est une bonne chose ».

Barnabé Kikaya Bin Karubi rappelle que « la plupart du temps, nos partenaires se basent sur le rapport des ONG ou ce qui se raconte dans les réseaux sociaux, pour nous juger ».

Maintenant que Nikki Halley « vient à la source, elle va voir de ses propres yeux où en est la RDC ».


Appel à de nouvelles sanctions.

A l'Opposition, Christophe Lutundula, cadre du Rassemblement estime que la mission de Nikki Halley ne sera une réussite que si elle parvient à « amener le président Kabila à respecter la Constitution de la République et à libérer la mise en oeuvre de l'accord dans son esprit et dans sa lettre pour permettre aux congolais d'aller très rapidement aux élections ».

Mais, souligne-t-il, « il faut cesser de croire que quand on a la visite des personnalités internationales que ça va résoudre le problème ».

Jeudi, à Goma, le coordonnateur du Rassemblement au Nord-Kivu a déclaré vouloir demander à l’ambassadrice américaine « et à travers elle à tout le conseil de sécurité des Nations unies, qu’au 31 décembre, monsieur Kabila ne soit plus reconnu pour représenter la RDC ».

Jean Baptiste Kasekwa, qui souhaite une pression accrue « sur le pouvoir de Monsieur Kabila », espère également que « quelques sanctions ciblées soient déjà prises contre Kabila lui-même, (et) contre tout son entourage ».

Nikki Halley est a Kinshasa, « principalement pour faire une évaluation sur la Monusco », a dit a TOP CONG FM, un membre du corps diplomatique. 

Après avoir réduit leur budget à l’USAID, agence américaine de coopération internationale, le nouveau président des USA, principal contributeur au budget de la mission onusienne, voudrait diminuer la contribution de son pays « à la mission de l’onu la plus chère et la plus longue sans résultats probants ».


Barick Bwematelwa
Dans la même rubrique
  • L'élection du bureau du Sénat cache un complot contre la République (Mishiki)

    le 22/07/2019 à 21h36

  • Thambwe Mwamba et les candidats FCC ont déposé leurs candidatures ce lundi 22 juillet

    le 22/07/2019 à 21h10

  • Bahati Lukwebo dépose sa candidature au Sénat

    le 22/07/2019 à 13h23