18 Octobre 2021

« Les diplomates sont désormais payés régulièrement » (Lutundula)

Politique le 24/09/2021 à 23h48
« Les diplomates sont désormais payés régulièrement » (Lutundula)

"Depuis que nous sommes là (avril 2021), les diplomates sont payés régulièrement. Il n'y a plus de retard de paiement. Les choses ont évolué. Il y a (aussi) des cotisations qui ont déjà été payées", affirme, depuis New-York, Christophe Lutundula, vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et coopération internationale, invité de ÉDITION SPÉCIALE sur TOP CONGO FM.

"Je peux, par exemple, vous dire qu'on n'a plus de problèmes à notre ambassade au Maroc… et en Italie" où certains propriétaires se sont organisés en association pour réclamer leurs dûs à l'État Congolais.

Sur ce point, Christophe Lutundula assure n'avoir "pas encore reçu ce cas. Mais je sais qu'ils sont inventoriés. Je vais", plutôt, précise-t-il, "parler de la chancellerie. Nous avons trouvé une dette à la chancellerie et nous avons payé avec les frais de fonctionnement du cabinet. C'est apuré. Nous continuons ce mouvement sans arrêt", lance le Chef de la diplomatie Congolaise. 

Arrêter la diarrhée des arriérés 

"Nous sommes arrivés, avec Nicolas Kazadi, le ministre des Finances et Aimé Boji, le ministre du Budget, à travers la commission que nous avons mise en place, à la conclusion qu'on doit arrêter la diarrhée des arriérés", pointe le ministre des Affaires étrangères, qui reconnaît tout de même la persistance "de petits problèmes en ce qui concerne les engagés locaux (et ) les frais de fonctionnement". 

"Nous essayons de faire en sorte que très rapidement, tout cela aille ensemble", affirme-t-il avant d'évoquer "le contentieux des années antérieures".

"Là aussi, il y a des cas qui sont résolus, c'est-à-dire que l'ampleur n'est pas encore celle qu'on attend, mais nous avons obtenu, sur instruction du Chef de l'État, avec le soutien du Premier ministre, un certain nombre d'ouvertures que nous allons exploiter, dans les tous prochains jours, pour voir comment désamorcer la bombe des arriérés, les apurer graduellement", explique-t-il.

Et entre autres passifs, "nous avons, par exemple, trouvé des corps gardés dans des morgues depuis 2 ans, qu'on n'a jamais rapatriés", s'exclame le Ministre Lutundula.

Il s'agit de "notre compatriote qui était premier conseiller d'ambassade au Togo, et une compatriote morte en Égypte. De ce côté-là, c'est terminé. Nous n'avons pas, à l'heure actuelle, des dépouilles de nos compatriotes qui moisissent (si vous me permettez l'expression) dans des morgues", se félicite-t-il.

Seulement, tient-il à souligner, "on ne peut pas tromper, il faut trouver d'autres mécanismes et convenir avec les créanciers, dont nos compatriotes qui doivent comprendre la situation du pays", lâche Christophe Lutundula, sans doute en pensant aux diplomates impayés depuis des lustres, qui devront, le moment venu, accepter un arrangement avec le gouvernement. 

Au demeurant, "tout cela, c'est l'héritage", tient à signifier Christophe Lutundula.

"Quand on accède aux charges publiques, il y a un héritage, on vous dit c'est la continuité de l'État… mais il faut, quand même, préciser que ce n'est pas Tshisekedi qui a produit ce lourd fardeau", insiste-t-il.


Éric Lukoki

Dans la même rubrique
  • Dénis Kadima entériné président de la CENI

    le 16/10/2021 à 18h15

  • Martin Fayulu félicite la Police pour l'encadrement de la marche de Lamuka

    le 16/10/2021 à 18h15

  • Le FCC "refuse de s'engager dans un processus irrégulier de désignation des animateurs de la CENI"

    le 16/10/2021 à 18h14