26 Février 2020

La grève des médecins très peu suivie à Kinshasa

Santé le 20/01/2020 à 17h31
La grève des médecins très peu suivie à Kinshasa L’opération Hôpitaux sans médecins est très peu suivie à Kinshasa, d’après le constat fait par les reporters de TOP CONGO FM dans plusieurs formations médicales de la capitale congolaise.

Aux cliniques Ngaliema, le travail s'est déroulé normalement lundi.

Le service de réception et les cabinets de certains médecins sont restés ouverts et les malades ont affirmé avoir été reçus et consultés sans problème.

Si les médecins de Ngaliema ont promis de répondre au mot d'ordre de grève du SYNAMED, syndicat national des médecins, sous le format « service minimum », celui-ci n’était pas encore effectif.

Cependant, hors micro, ils promettent de donner suite à cette démarche de leur syndicat, "dans les heures qui suivent", ou tout au moins mardi 21 janvier.

À l'hôpital général de référence de Kinshasa, (Mama Yemo), la grève n'est pas non plus effective. Le travail s'effectue apparemment normalement.

Tous les services, y compris les urgences, sont opérationnels. Les malades internés reçoivent normalement leurs soins. Ceux venus pour des rendez-vous sont aussi reçus sans trop de difficultés, y compris les patients qui sont venus hésitants. Les blouses blanches sont, quant à elles, très visibles dans les couloirs et les chambres.


Divergence entre SYNAMED et SYMECO

Une divergence avec le Syndicat des médecins du Congo (Symeco) subsiste, ce dernier attend l’expiration de son préavis de grève fixée au 25 janvier prochain, alors que les affiliés du Synamed pratiquent deja le service minimum.

Pas de grève des médecins non plus à l'hôpital de référence de Matete, OMECO. Les médecins qui n’ont jamais reçu la fameuse prime de risque sont à leurs postes.

« Moi, par exemple, ça fait 5 ans depuis que j’ai terminé mes études. Je ne suis pas primé [et pourtant] j’ai des enfants. Alors, ceux qui demandent de faire la grève, ce sont des médecins primés. Ce sont eux qui vont aller à la grève mais nous, les médecins non primés, nous allons travailler », peste au micro de TOP CONGO une blouse blanche qui vient d’achever son service

« Quand nous on faisait des grèves, quand on demandait qu’on puisse faire des grèves pour notre [cas], les médecins primés ne s’associaient pas à nous. Nous allions faire des marches, moi par exemple, j’ai été gazé au lacrymogène. Ils ne nous ont pas accompagnés », renchérit-il.

Jusqu'au départ de ce médecin, ses collègues ne s’étaient toujours pas encore présentés au lieu de service.

Pour cette première journée de la grève des médecins, l'Hôpital général de référence de Bumbu, ex Centre mère et enfant, a vécu un avant-midi de routine. Seulement, une petite confusion a régné pour orienter des cas urgents vers les médecins.

Arrêt de travail aux CUK et à l'hôpital de Kitambo

Par contre, la grève est observée aux Cliniques universitaires de Kinshasa, où les médecins de ce centre hospitalier sont tous membres du synamed.

Même constat à l'hôpital général de Référence de Kitambo où seuls les patients hospitalisés sont sous la surveillance des chefs de services d'urgence, et les interventions chirurgicales programmées effectués. C'est donc le service minimum tel que voulu par le syndicat des médecins du Congo.

Le Synamed dit avoir être allé en grève pour protester contre « l’indifférence du gouvernement face aux différentes préoccupations des médecins notamment en ce qui concerne l’impôt professionnel sur le revenu ».

Selon son secrétaire exécutif national adjoint, le professeur John Senga, ce syndicat reste disposé à payer l'impôt calculé sur le traitement de base et la prime des risques. Il s'oppose à toute retenue sur les avantages sociaux, dont le transport et le logement.

Eric Lukoki 
Dans la même rubrique
  • Pasterolose, l'épidémie qui décime les bovins au Kwango enfin connue (Ministre)

    le 21/02/2020 à 11h16

  • Appel au don du sang à Kinshasa (CNTS)

    le 17/02/2020 à 15h56

  • Une caravane humanitaire pour assister les déplacés de Beni (Mbikay)

    le 14/02/2020 à 20h15