13 Novembre 2019

Internet en hausse, à qui la faute?

Économie le 21/06/2016 à 08h59
Internet en hausse, à qui la faute? Il est "malsain de ne montrer du doigt que le fait de la hausse des prix par les opérateurs", a dit à TOP CONGO un responsable d'ORANGE.

Alors que, suite aux injonctions de l'ARPTC, ils sont revenus presque tous sur la récente hausse de leurs prestations, ils interpellent le gouvernement et les consommateurs sur le fait qu'ils n'appliquent pas des tarifs par simple profit mais aussi par nécessité de "pérenniser un service de qualité"
.

Les raisons de la hausse

Après un début d'année "d'obligation d'identification des abonnés, certes normal et exigé depuis 2 ans mais mené au pas de charge sur instruction du gouvernement", les opérateurs accusent le gouvernement de se servir d'eux comme des "vaches à lait".

Alors qu'ils ont perdu beaucoup d'abonnés (Airtel, 2 millions, Vodacom, 2,3 millions, Tigo, 1,8 million et Orange 2,5 millions), "le gouvernement a augmenté de 2 à 3%, la taxe sur le chiffre d'affaires".

"Cette hausse n'est pas anodine, nous payons 50% de plus que ce que nous payions l'année dernière".


Qualité médiocre pour service onéreux 

Les prestations de la SCPT (Societé commerciale des postes et télécommunications) à qui l'état a donné la gestion de la fibre optique, sont de piètre qualité.

"Le signal se coupe environ 6 fois par jour. Nous sommes alors obligés de basculer vers l'Internet par satellite qui coûte cher".

Selon les opérateurs, les tarifs appliqués en RDC sont "20 fois plus chers qu'au Kenya".


La RDC coûte cher aux télécom 

Florissant sous d'autres cieux, "les multinationales ne voient aucune de leurs succursales installées en RDC faire des bénéfices".

"Airtel a vendu toutes ses antennes comme Tigo auparavant (Tigo a depuis vendu tous ses actifs RDC à ORANGE)", a dit à TOP CONGO un responsable de Vodacom.

Ces ventes cachent mal le fait que le business n'est plus profitable.

"Mais les taxes ne font qu'augmenter et comparer le prix de l'Internet avec ceux des pays voisins n'est pas correct. En RDC, il n'y a aucune infrastructure comparable à la France, à l'Inde, à l'Afrique du Sud ou au Rwanda", précise le PCA d'Africell.


Le cout d'exploitation du réseau

Les opérateurs rappellent qu'en plus d'une fibre optique "qui fonctionne mal, avoir un réseau national signifie avoir des groupes électrogènes partout. Au prix du litre du carburant, vous avez vite fait le calcul".

Ils ont demandé au gouvernement de ne plus payer les accises sur le carburant. 


Les prix n'avaient pas tous augmenté

Sur la hausse de l'Internet, aucun opérateur n'a souhaité réellement communiquer mais ils précisent tous que les prix précédemment pratiqués étaient des "forfaits, des promotions que nous ne pouvions pas éternellement appliquer".

Cependant, ils tiennent à souligner que "seuls les forfaits supérieurs à 10$ ont vu leur prix augmenter, les petits utilisateurs ou ceux à maigres revenus ne sont donc pas touchés".

Les opérateurs voudraient aussi qu'on compare les tarifs de communications voix.

"On appelle l'Europe à environ 10 à 12 cents la minute alors que chez les voisins ou à partir d'Europe, personne ne pratique des prix aussi bas". 


Par Christian Lusakueno
Dans la même rubrique
  • Ouganda-RDC, Intégration régionale comme seule arme

    le 11/11/2019 à 10h20

  • Vers la création des agences sur le climat des affaires et la transition écologique

    le 09/11/2019 à 15h39

  • Projet du budget 2020 déposé par le Premier ministre au Bureau de l'Assemblée nationale

    le 08/11/2019 à 11h51