22 Septembre 2019

Embuscade à Kisharo, deux morts et six blessés graves (Nord-Kivu)

Grands lacs le 25/08/2019 à 19h00
Embuscade à Kisharo, deux morts et six blessés graves (Nord-Kivu)

Deux personnes ont péri à la suite de l'attaque samedi dernier d'un véhicule transportant quelques infirmiers à Kisharo, à 27 Km de Kiwanja sur la route menant vers Ishasha dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu. Le bilan de cette embuscade indique en plus six blessés graves et deux disparus.

"Les infirmiers [attaqués] venaient d'une manifestation de leur collègue. C'est au chemin du retour qu'ils ont été pris en embuscade. Nous avons vraiment un bilan très macabre en défaveur de la communauté infirmière. L'infirmier Safari Ntawanga Jean, qui est aussi l'infirmier titulaire du centre de santé de Buramba, a été kidnappé et conduit en brousse. Pareil pour son adjoint, Mafene Ngakuru François", déplore ce dimanche 25 août sur TOP CONGO, Pascal Habamungu, secrétaire exécutif provincial de l'Union nationale des infirmiers et infirmières du Congo (UNIIC/Nord-Kivu).

"Son épouse a été terriblement touchée par balle au niveau du thorax. Sa situation est vraiment alarmante. Une autre infirmière, qui est une sœur religieuse, a été blessée au niveau de membres supérieurs", poursuit-il accablé.

C'est au même endroit que le député provincial Élie Nzahani avait été victime d'une embuscade lors de ses déplacements, pendant les vacances parlementaires, dans cette région.

"Parmi les morts, l'épouse de notre confrère Kamuzizi [lui-même blessé aux membres inférieurs] a été tuée par balle. Nous demandons aux autorités politico-administratives de pouvoir protéger l'infirmier. Nous constatons maintenant que l'infirmier en province est devenu la cible des attaques", indique le secrétaire exécutif provincial de l'UNIIC/Nord-Kivu.

Recrudescence de l'insécurité à Goma et territoires du Nord-Kivu 

Le vendredi 23 août dernier, le député Jean-Baptiste Muhindo Kasekwa rappelait à Jeanine Mabunda, présidente du bureau de l'Assemblée nationale "l'urgence de la mise en œuvre des recommandations contenues dans le rapport de la mission parlementaire dépêchée à Goma du 29 mars au 3 avril 2019 par le président du bureau provisoire de l'Assemblée nationale, après concertation avec les députés nationaux élus du Nord-Kivu".

Revenant sur "l'assassinat" à Goma du jeune étudiant Jean-Claude Mukanire, à peine âgé de 21ans, cet élu du Nord-Kivu déplorait l'amplification de cas de tueries et autres attaques dans cette partie du territoire  congolais, une progression "sans arrêt au point d'en compter à ce jour, plus de 70 personnes lâchement abattues".

Le circuit générateur des recettes plombé par l'insécurité 

L'insécurité et le manque des matériels adéquats sont entre autres les raisons de la faible mobilisation des recettes au Nord-Kivu. Les délégués de la direction générale des recettes du Nord-Kivu, DGRNK, l'ont fait savoir, il y a quelques jours, au gouverneur Carly Nzanzu Kasivita.

Le directeur général adjoint de cette institution, Fabrice Kambale Valivambene, avait souhaité un peu plus d'efforts, sur le plan sécuritaire notamment, en vue de leur permettre de mobiliser plus des recettes et ainsi atteindre les assignations, évaluées à 2 millions de dollars américains par mois.

Alain Tshibanda 

Dans la même rubrique
  • Avec ou sans l'armée, la MONUSCO doit être offensive contre les ADF à Beni (Maire)

    le 20/09/2019 à 16h51

  • La MONUSCO condamne les attaques ciblées contre des déplacés en Ituri

    le 20/09/2019 à 15h40

  • La mort de Sylvestre Mudacumura n'est pas la fin des FDLR (société civile)

    le 19/09/2019 à 19h33