30 Novembre 2021

« Christophe Mboso veut orchestrer un nouveau cafouillage électoral » (Ensemble)

Politique le 15/10/2021 à 17h13
« Christophe Mboso veut orchestrer un nouveau cafouillage électoral » (Ensemble)

''Le président Mboso N'kodia, faisant fi même des dispositions du règlement intérieur de l'Assemblée nationale, montre sa détermination à mettre sur pied une Centrale électorale nationale, ayant vocation d'orchestrer un nouveau cafouillage électoral dans notre pays'', dénoncent les députés des regroupements MS-G7 AMK et alliés et le parti politique Ensemble pour la République de Moïse Katumbi

Dans un communiqué publié ce vendredi 15 octobre, ils soutiennent ces allégations par ''la convocation d'une plénière ce vendredi en vue d'entériner un rapport fabriqué de toutes pièces par une commission controversée sur le processus de désignation de nouveaux animateurs de la CENI, commission constituée en violation de la loi organique sur la CENI''.

Après avoir dénoncé plusieurs fois, à travers notamment  leurs déclarations du 13 août et du 30 huillet 2021, la mascarade qui se mettait en place pour la désignation des animateurs de la CENI, les députés du MS-G7, AMK et alliés ainsi que le parti Ensemble pour la République confirment ce jour "les méthodes cavalières et arbitraires du président de l'Assemblée nationale sur ce dossier''.

Aucun délégué envoyé à la CENI

Ils rappellent n'"avoir pas envoyé des délégués membres de la CENI, en l'absence de consensus et du respect strict de la procédure légale garantissant l'équité et la transparence nécessaire à un processus électoral apaisé''.

Relevant que ''les négociations sur la répartition des responsabilités revenant à la composante majorité n'ont pas abouti à un compromis jusqu'à présent ni sur la répartition des postes moins encore sur la désignation des personnes", ils estiment que, étant donné que le blocage persiste quasiment dans toutes les composante, sa plénière convoquée n'est pas moins qu'une farce ou une plaisanterie de mauvais goût dans une affaire de grande importance nationale, comme si la souveraineté et le sort du peuple Congolais ne valaient rien aux yeux du président Mboso, de ses commanditaires et autres associés''.

Le communiqué est formel : "Ensemble pour la République dénonce avec la dernière énergie le forcing, les pratiques de débauchage  et de corruption tendant à imposer au peuple Congolais par la voie d'une CENI de pacotille, un nouveau cafouillage électorale en 2023 dans le seul but d'établir un pouvoir totalitaire inique".

Aucun forcing

"La Commission a fait son travail. L'opposition s'est retirée 5 jours après, les autres ont continué le travail. Nous attendons de voir le contenu de ce rapport", rassure, sur TOP CONGO FM,  le député Leon Mubikay.

Le président du groupe parlementaire UDPS et alliés à l'Assemblée nationale annonce que "s'il y a des composantes qui n'ont pas envoyé leurs délégués, leurs postes resteront vacants. On ne pas forcer. On va attendre que chaque composante envoie les noms de ses délégués".


Dieumerci Lusakumumu

Dans la même rubrique
  • "Moise Katumbi est dans l'Union sacrée" (Muyambo)

    le 29/11/2021 à 20h37

  • « C’est possible d'avancer avec Dénis Kadima » (CENCO)

    le 29/11/2021 à 13h30

  • « Pas de collaboration avec la CENI au stade actuel », insiste l'ECC

    le 28/11/2021 à 20h08