6 Février 2023

Bientôt un cours de préparation à la formation militaire dans l'enseignement supérieur (Muhindo)

Enseignement le 08/12/2022 à 11h14
Bientôt un cours de préparation à la formation militaire dans l'enseignement supérieur (Muhindo)

"Nous avons convenu de reprendre, puisque cela a existé dans ce pays ou faire comme font les autres, les programmes spéciaux de préparation à la formation militaire", annonce, sur TOP CONGO FM, le ministre de l'Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Muhindo Nzangi.

"Il s'agit de ce qui était autrefois appelé éducation à la citoyenneté qu'on appelle valeurs et symboles de la république dans le format LMD (Licence- Maîtrise-Doctorat). Nous proposons (en fait) de lui ajouter une troisième partie : préparation à la formation militaire".

Il précise que "cela reste un cours. Ce n'est pas le service militaire obligatoire, ce n'est pas non plus une formation militaire, comme on le dit. Ils n'iront pas au combat".

Ce sont uniquement "ces étudiants en qui naîtra une vocation de servir sous le drapeau (qui) seront conduits dans des centres de formation pour une formation militaire complémentaire", note le ministre.

Programme déjà ficelé 

"Nous avons déjà défini son contenu. Il s'agira d'un programme d'un mois. Il y a aura une partie théorique de 93 heures et une partie pratique de 70 heures. Dans la partie théorique; on va devoir donner aux étudiants de première année LMD, des notions sur les enjeux géostratégiques et géopolitiques du pays. Ils doivent connaître les menaces qui pèsent sur notre pays, ses valeurs et symboles".

Et de renchérir : "ils doivent, par exemple, entonner l'hymne national, faire le salut au drapeau, avoir des notions d'éthique, droit humanitaire, le secourisme… puis il y a une partie de notions sur la formation militaire basique, c'est-à-dire les exercices physiques, le règlement militaire, des notions de tactique individuelle, des notions sur le renseignement militaire et bien évidemment des notions sur l'armement : comment monter une arme et tirer puis, ils passeront à des exercices de tir".

Le ministre de l'ESU annonce aussi que "nous avons des discussions avec le ministère de la Défense qui offre des possibilités pour les zones géographiques où nous avons des centres militaires. À Kinshasa par exemple, ce sera à Kibomango. Pour les autres zones, on va devoir créer des champs de tir au sein même des concessions universitaires. Ces formations seront bien évidemment dispensées par des experts du ministère de la défense".

Pour lui, "tout est prêt pour démarrer l'année prochaine si la proposition passe au Conseil des ministres".

Il rappelle que "tous ces pays qui nous agressent débutent ce programme dès le secondaire", argue Muhindo Nzangi pour ainsi démontrer tout l'intérêt de cette "préparation à la formation militaire. Si nous continuons à rêver, à ne pas préparer notre jeunesse, à ne pas préparer l'esprit des congolais à défendre le pays, on se réveiller un jour le pays n'aura plus ces frontières que nous connaissons", lâche-t-il.


Éric Lukoki 

Dans la même rubrique
  • Les professeurs de l'UNIKIN attendent que le gouvernement réalise ses promesses (APUKIN)

    le 11/01/2023 à 16h02

  • « Les homes de l'UNIKIN, déjà terminés, seront bientôt réouverts » (Recteur)

    le 10/01/2023 à 14h35

  • « Seuls 18 500 des 30 000 étudiants sont en règle de paiement des frais académiques à l'UNIKIN » (Recteur)

    le 10/01/2023 à 12h50