6 Février 2023

3 ans de prison requis contre Vidiye Tshimanga

Justice le 08/12/2022 à 11h19
3 ans de prison requis contre Vidiye Tshimanga

Le ministère public a requis 3 ans de prison ferme contre l'ancien conseiller stratégique du Chef de l'État. 

Vidiye Tshimanga est accusé de trafic d'influence, corruption et offense au Chef de l'État. 

À l'audience de ce jeudi au Tribunal de paix de Kinshasa/Gombe, la Défense a sollicité son acquittement et son renvoi de toutes poursuites. 

Les plaidoiries des avocats continuaient au moment où la rédaction de TOP CONGO FM publie cet article (11h15).


Les dessous d'un scandale

Au cœur d’un scandale de corruption avec des individus se présentant comme des investisseurs, Vidiye Tshimanga, conseiller stratégique du président Félix Tshisekedi, avait déposé sa démission le 15 septembre dernier.

Il disait vouloir "faire la lumière sur les commanditaires de ce montage grossier dont nous détenons un enregistrement qui contredit le sens qu'ils ont voulu donner à mes propos sortis de leur contexte". 

En effet, Vidiye Tshimanga avait été filmé en cachette par de prétendus investisseurs en train de soumettre à leur appréciation ses services pour l’acquisition des licences minières en RDC. 


La version de l'accusé

"Ils m’ont d’abord contacté à titre personnel, prétendant s’intéresser à l’une de mes sociétés minières. Deux rencontres ont eu lieu à Londres le 11 et 12 juillet derniers", avait, expliqué face à la presse, Vidiye Tshimanga.

"Au cours de ces rencontres, ces personnes ont tout fait pour essayer de me faire accepter des commissions pour facilitation. Je leur ai en permanence opposé de cinglants refus. Leur faisant savoir que cette époque était révolue et que sous la présidence du président Félix Tshisekedi nous mettons un point d’honneur à faciliter et assainir le climat des affaires".

Il avait aussi estimé que "je leur avais clairement fait savoir que les lois de la République soutiennent et sécurisent tout investissement sain. Je leur ai clairement fait savoir que nous les aiderons dans tout et pour tout si et seulement s'ils se conformaient à nos lois et s’inscrivaient dans la logique d’apporter à nos populations un réel mieux être".

L'audience est encore en cours. Après les plaidoiries, le ministère public va répliquer et les avocats de la défense aussi. Ensuite, l'affaire sera prise en délibéré.

Par Barick Bwematelwa
Dans la même rubrique
  • 5 ans de prison pour corruption au gérant d’une société de fabrication des sachets

    le 28/12/2022 à 11h30

  • La RDC sollicite l'extradition du général John Numbi en exil au Zimbabwe (Correspondance)

    le 17/12/2022 à 13h13

  • « Il faut renforcer la sanction contre les magistrats véreux » (Tshisekedi)

    le 12/12/2022 à 13h28