25 Février 2021

16 000 km de fibre optique bientôt placés en RDC (Augustin Kibassa)

16 000 km de fibre optique bientôt placés en RDC (Augustin Kibassa)

"Nous avons signé un (protocole d'accord) avec une firme égyptienne, qui va nous amener, en partenariat avec la Société congolaise des Postes et télécommunications (SCPT), plus ou moins 16 000 km de fibre" optique, annonce Augustin Kibassa, ministre des Postes, Télécommunications et nouvelles technologies de l'information et communication (PT-NTIC).

Invité du Magazine FACE-À-FACE sur TOP CONGO FM, il déclare que cette "fibre devrait aller toucher plusieurs provinces où malheureusement aujourd'hui, il n'y a pas de connectivité. Nous sommes à moins de 5 000 km", indique-t-il.

Toutefois, renseigne le ministre, "la Société congolaise de fibre optique (SOCOF) est en train de faire une redondance de Moanda à Kinshasa. Je puis vous dire que c'est une fibre de très bonne qualité".

Une histoire de rongeurs 

Le ministre des PT-NTIC se plaint du "travail d'implémentation de la fibre fait entre Moanda et Kinshasa. Il faut avoir le courage de le dire, il est exécrable, la fibre n'est pas du tout bonne", commente-t-il 

Et de se lancer dans une longue explication : "quand nous sommes arrivés, nous avons essayé de comprendre ce qu'il s'est passé. On nous a dit que la fibre était bonne, mais il y eu des rongeurs (rats) qui sont passés par là".

Ensuite, "j'ai posé la question à la société qui avait placé la fibre pour la République, comment expliquer que dans d'autres pays africains, là où vous placez la fibre, tout se passe bien et qu'en RDC" ça ne soit pas le cas.

Cette Société "a presque bégayé et a semblé dire qu'il y avait aussi de la politique dedans. Elle n'a pas osé dire qu'il y avait des rongeurs humains qui ont fait en sorte qu'on n'ait pas une fibre optique de bonne qualité", commente, un brin rieur, Augustin Kibassa Maliba. 

"Aujourd'hui, malheureusement, la République a une dette à payer à une banque chinoise qui a financé cette fibre là. Il faut à un certain moment, que les responsabilités soient engagées", lance-t-il plus sérieusement.

Seulement, "on ne va pas pleurer sur ce qui ne va, mais trouver des solutions pour demain".


Éric Lukoki 

Dans la même rubrique
  • Chaînes congolaises coupées sur satellite, « RASCOM exige la totalité de sa facture » (Ministre)

    le 08/01/2021 à 16h32

  • Aucune déconnexion en masse des suites du non-paiement du RAM n'est prévue (ARPTC)

    le 23/12/2020 à 14h15

  • Le RAM va générer plus de 50 millions de dollars américains par an (ARPTC)

    le 04/10/2020 à 17h57